Blog du PDG

Ecrit par Ravindra Bhagwanani sur . Publié dans News

Cependant les restrictions de voyage imposées par les divers gouvernements auront inévitablement d’autres impacts plus graves. Ce, d’autant plus étant donnée la situation déjà affaiblie dans laquelle se trouvent déjà les compagnies aériennes. Lorsqu’on pense à n’importe celles ayant une forte exposition sur les marchés principalement concernés comme la Chine, l’Italie ou bien le transatlantique, on comprend la situation. Tandis que les grands groupes comme Lufthansa, Air France KLM ou British Airways seront assez forts pour faire face à la tempête, Alitalia n’est certainement pas la seule compagnie aérienne en danger d’extinction immédiate. Lorsqu’on se penche sur des cas comme Icelandair ou La Compagnie, avec leur forte/totale dépendance au marché transatlantique ou quelqu’un en difficulté comme Norwegian, on peut saisir l’ampleur du défi. A moins qu’elles ne reçoivent des aides massives des états (ce qui n’est pas impossible dans ces circonstances extraordinaires), beaucoup d’entre elles risquent de disparaître. Ceci ne résulterait pas seulement en une perte de tous les points de fidélisation avec ces programmes, mais apporterait également un marché plus consolidé après la crise ce qui ne poussera pas les survivants à rendre leurs programmes plus attractifs. Au final, il ne peut y avoir que des perdants dans cette situation et ça en appelle à la responsabilité de chacun et chacune pour agir contre cette tendance négative en appliquant un minimum de rationalisme. #dontstopflying