Dernières nouvelles

Ecrit par Ravindra Bhagwanani sur . Publié dans Archives

BA

A la fin du mois d’avril, British Airways avait vaguement annoncé que les barèmes de prime pour les partenariats aériens de son Executive Club allaient changer au 30 mai. Aucun autre détail n’avait été donné, on s’attendait alors au pire. Finalement, les changements sont certes des augmentations de prix unilatérales, mais elles restent globalement raisonnables (de 3 à 5% environ), en dehors des vols les plus courts pour lesquels elles sont plus élevées. Le plus remarquable dans tout ça, c’est qu’avec ce changement, British Airways quitte son chemin traditionnel qui consistait à traiter les partenaires de façon égale. En effet, jusqu’à présent les primes de partenaires étaient alignés aux barèmes de British Airways pendant les périodes de pointe. Cependant, il est désormais toujours moins cher d’utiliser des miles sur British Airways que sur des partenaires aériens lorsqu’il s’agit des routes où ils opèrent en parallèle (comme de Londres à New York avec American Airlines, à Hong Kong avec Cathay Pacific ou à Helsinki avec Finnair). Les changements ne s’appliquent pas à ces partenaires aériens qui utilisent également la monnaie Avios, c’est-à-dire Iberia, Aer Lingus et Air Italy. La raison pour laquelle British Airways n’a pas choisi une communication plus transparente dès le début, plutôt que de créer cette peur, reste à éclaircir.

Ecrit par Ravindra Bhagwanani sur . Publié dans Archives

WS

La compagnie Canadienne à coûts bas WestJet est certainement l’une des compagnies aériennes les plus intéressantes à observer ces jours-ci. D’un côté, le grounding du Max lui cause beaucoup de souffrances et l’oblige même à annuler certaines routes telles qu’entre Halifax et Paris. D’un autre côté, elle introduit ses Dreamliners (avec un produit fantastique en classe d’affaires) qui lui permettent d’étoffer rapidement son réseau long-courrier. Une promotion actuelle est ainsi également liée à ce dernier point: Si vous réservez un aller-retour en classe d’affaires entre Calgary et ses nouvelles destinations desservies sans escale en Europe (Londres, Paris, Dublin), avant le 30 juin pour un voyage entre le 6 juillet et le 5 septembre, le statut Gold de son programme WestJet Rewards vous sera immédiatement attribué jusqu’à février 2020. Ceci semble pas mal puisque c’est au niveau Gold que le programme commence vraiment à être intéressant (taux de cumul de base de 5% du montant dépensé, un bonus d’élite de 75% sur les compagnies aériennes partenaires et des avantages de service attractifs). Cependant les règles de base de qualification pour le niveau Gold exigent des dépenses de 5 000 CAD par an. Cette promotion n’a peut-être pas de sens puisque de toute manière, acheter un seul billet en classe d’affaires vous approche nettement de ce seuil… La question que l’on se pose alors est peut-être plutôt celle-ci: Comment WestJet va faire évoluer son programme, si elle veut satisfaire à la fois le client court-courrier à coûts bas et à la fois les passagers long-courriers qui dépensent évidemment bien plus par transaction sans être nécessairement plus profitables… WestJet Rewards est probablement l’un des rares programmes qui s’est amélioré de manière continue pendant ces dernières années. Espérons que cette tendance ne sera pas renversée.

Ecrit par Ravindra Bhagwanani sur . Publié dans Archives

IG

Dans le cadre du redesign de son programme, Air Italy propose désormais à la vente ses deux niveaux d’élite dans son @MyAirItaly Club: 200 EUR par an pour le niveau Silver et 500 EUR pour le niveau Gold. Bien que la monnaie Avios est utilisée comme dans les programmes des membres d’IAG (British Airways, Iberia etc.) et que la compagnie appartienne partiellement à Qatar Airways, les avantages d’élite sont limités aux vols d’Air Italy. Si vous êtes un grand voyageur sur Air Italy, les avantages peuvent certainement être intéressants et valoir la peine, mais dans ce cas-là, vous vous qualifieriez pour le statut de toute manière à travers votre activité de vols normale sans le besoin de devoir payer extra pour celui-ci. Donc sauf si vous désirez miser sur le fait que les avantages seront étendus à l’alliance oneworld (ou bien au moins à quelques-uns de ses partenaires) – nous n’avons aucun indice dans ce sens-là – l’offre ne vaut peut-être pas le coup d’être utilisée.

Ecrit par Ravindra Bhagwanani sur . Publié dans Archives

AF-Her

Depuis le changement récent de la logique de cumul, Flying Blue a déjà été l’une des options de miles la plus avantageuse pour des locations de voiture avec Hertz (avec un taux de cumul de 5 miles par EUR dépensé). Dans le cadre d’une promotion spéciale pour des réservations jusqu’au 30 juin et des locations jusqu’au 30 septembre, ce taux est maintenant même triplé pour des locations en Europe occidentale et en Amérique du Nord. Ainsi, c’est certainement un bon conseil de planifier des locations de voiture autant à l’avance que possible afin de bénéficier de cette offre. Les locations de la période de pointe en été, à savoir du 5 juillet au 15 août, sont cependant exclues.

Ecrit par Ravindra Bhagwanani sur . Publié dans Archives

LH

Le programme Miles & More de Lufthansa se retrouve dans des difficultés légales inattendues depuis que l’un de ses membres en Allemagne a lancé une procédure pour réclamer une compensation en espèces pour ses miles non utilisés. La valeur de ceux-ci a été estimée à 0,3 centimes par mile, ce qui correspond en gros à la valeur que le programme rend directement visible à travers ses primes non-aériennes. Il base sa plainte sur une loi allemande qui stipule que l’argent électronique peut être converti en espèces. Selon lui, ce cas s’applique également à des miles. Miles & More nie catégoriquement ceci. Cependant, ils ont subitement arrêté tous les partenariats de conversion internationaux convergeant avec d’autres programmes de fidélisation et apportant des miles de Miles & More (y compris pour tous les programmes hôteliers et d’autres programmes tels que celui de la chaîne de supermarché suisse Coop). Ils pourraient probablement soutenir l’argument que des miles sont une monnaie électronique. Si les arrêter dans une sorte de panique n’équivaut cependant pas une confession donnée par Miles & More que la plainte est basée sur un socle valide est une question qui devra être évaluée par les tribunaux allemands. Mais même si le membre gagne sa plainte, il y a certainement de meilleurs moyens pour utiliser des miles de façon plus traditionnelle – c’est-à-dire pour des vols – et d’atteindre une contre-valeur bien supérieure à 0,3 EUR centime…