Dernières nouvelles

Ecrit par Ravindra Bhagwanani sur . Publié dans Archives

La relation entre les partenaires de joint venture Emirates et Qantas n’était peut-être pas toujours aussi facile qu’on aurait pu assumer. La concurrence entre les deux compagnies aériennes reste importante – et même davantage la bataille pour l’appartenance des clients dans les programmes de fidélisation. Quand Qantas a modifié les barèmes de prime dans son Frequent Flyer l’an dernier (baisse en classe économique, augmentation en classe d’affaires), Skywards était rapide à reprendre la baisse pour des vols de prime avec Qantas dans son propre programme- mais a conservé les barèmes de prime (considérablement) plus bas pour les voyages en classe d’affaires, rendant le programme l’option plus attrayante pour des vols de prime avec Qantas que le propre programme de Qantas. Maintenant, Emirates a pris un pas d’avance en ne plus appliquant des surcharges de carburant quelconques à des billets de prime ce qui augmente la valeur de manière significative car les surcharges étaient auparavant extrèmement élevés. Le changement ne s’applique pas qu’aux membres de Skywards, mais également aux membres de tous les programmes de partenaires – tels que Qantas – qui utilisent leurs points avec Emirates. Qantas a mainteant répondu par l’annonce de basculer Emirates du tableau de prime moins cher de Qantas vers le tableau de prime plus cher des partenaires dans son programme à partir du 1er septembre. Ceci correspond à une augmentation du prix en miles d’environ 20% en classe économique et d’environ 10% en classe d’affaires. On devrait également s’attendre à de telles mesures peu aimables au sein d’autres joint ventures comme des compagnies aériennes seront obligées de renforcer des efforts de remplir leurs propres avions avant de pouvoir penser à des partenaires quelconques dans l’environnement actuel.

Ecrit par Ravindra Bhagwanani sur . Publié dans Archives

Miles & More a annoncé le report de l’introduction du système des points de statut d’une année, c’est-à-dire à 2022. Bien que Lufthansa communique ceci d’une manière qu’on pourrait interpréter qu’il s’agit ici d’une faveur envers les members, nous ne considérons pas vraiment l’introduction de ce système de points comme détérioration du programme, mais simplement comme nécessité en retard de séparer la monnaie de statut et de prime – quelque chose que d’autres comme British Airways font depuis 30 ans. La vraie raison pour ce report est donc purement opérationnelle car Miles & More prolongera le statut des membres d’élite qui devrait expirer à la fin de cette année d’une année supplémentaire.

Ecrit par Ravindra Bhagwanani sur . Publié dans Archives

Avec un retour en douceur de l’activité de voyage, quelques premiers, timides essais d’augmenter la valeur de l’adhésion dans des programmes de fidélisation peuvent être observés. A côté de certaines promotions limitées dans le temps avec leur caractère opportuniste correspondant, d’autres changements sont plus fondamentaux et (espérons-le!) durables. Par exemple Emirates et Finnair (le dernier à partir du 25 juin) étaient parmi les premiers à supprimer les suppléments de carburant des billets de prime ce qui représente une économie considérable. Ceci ne s’applique pas seulement aux membres de leurs propres programmes, mais également aux membres des programmes de partenaires respectives. Qatar Airways de son côté a éliminé le forfait fou de 25 à 75 USD par secteur sur les billets de prime dans sans Privilege Club, résultant en des économies de 100 USD en classe économique par aller retour typique avec une correspondance et même 200 ou 300 USD en classe d’affaires et première classe respectivement.

Ecrit par Ravindra Bhagwanani sur . Publié dans Archives

Assumons que vous n’êtes pas encore tout à fait confiant en la situation, mais devriez voyager de Moscou à Vladivostok. Vous considérez peut-être l’alternative d’une voiture de location et ne devriez quand même pas vous priver des miles Aeroflot: En effet, les membres de Bonus peuvent actuellement cumuler jusqu’à 5 000 miles pour des locations auprès d’Avis en Russie. Ce montant maximal n’est gagné que pour des locations d’au moins 15 jours – mais c’est le temps dont vous aurez de toute manière besoin pour un tel voyage. Ou bien il pourrait quand même être une meilleure idée de voyager dans le confort complet de la classe d’affaires d’Aeroflot (avec une distanciation sociale garantie!) et de gagner au moins presque 12 000 miles pour ce voyage?

Ecrit par Ravindra Bhagwanani sur . Publié dans Archives

Avant la crise Covid, c’était une sorte de droit exclusif non-conventionné pour le programme LifeMiles d’Avianca de proposer des promotions avec un bonus de 100% pour l’achat des miles qui allait parfois même jusqu’à 130% dans des situations très particulières, telles que des offres de Black Friday. Mais ceci a désormais complètement change et beaucoup de programmes d’hôtels et des compagnies aériennes considèrent l’achat de points comme seul moyen de garder les membres engagés – grâce à des promotions attractives. Proposer un bonus de moins de 100% n’est en gros plus suffisant afin de gagner l’attention des membres. TAP Air Portugal a mis de nouveaux standards ici en offrant des promotions répétitives avec des miles quadruples pour l’achat de miles dans son programme Miles&Go. Tout va bien jusqu’ici et, en effet, on peut trouver des affaires intéressantes sur une telle base, surtout quand on utilise des miles sur des vols long-courriers en classe d’affaires ou première classe, y compris sur des compagnies aériennes partenaires. Mais comme les programmes rendent transparent à leurs membres que les marges de tels achats semblent être énormes (comme ils continuent à faire de l’argent avec de telles offres!), comment est-ce que les programmes veulent jamais revenir à leurs prix réguliers premium dans l’avenir?