Dernières nouvelles

Ecrit par Ravindra Bhagwanani sur . Publié dans Archives

LA-DL

Suite au veto posé par les autorités chiliennes sur le joint-venture prévu entre LATAM et American Airlines, celle-ci a complètement changé de cap et a annoncé à la surprise générale qu’elle quitterait l’alliance oneworld – parce que Delta a pris une participation de 20% dans la compagnie. Reste à voir ce que cela signifiera pour les membres de LATAM Pass. Aucune date formelle de cette séparation n’a été annoncée pour l’instant, mais ceci pourrait se produire assez rapidement. Il est également possible que LATAM maintienne plusieurs de ses partenariats frequent flyer avec des membres oneworld, comme British Airways, Iberia et Qantas, tout comme continue à le faire China Southern avec la plupart de ses anciens partenaires SkyTeam presqu’une année après avoir formellement quitté l’alliance. Ceci est d’autant plus probable que LATAM ne montre aucun signe d’intention de se joindre à l’alliance SkyTeam. Delta vendra cependant sa participation à Gol, le concurrent le plus important de LATAM au Brésil, ce qui mettra probablement un terme à leur étroite relation au niveau des programmes Frequent Flyer. L’autre question qui se pose est si Qatar Airways gardera sa participation de 10% sur LATAM, sachant qu’elle n’appartiendra plus à oneworld. En parallèle, LATAM a maintenant unifié ses trois programmes LATAM Pass, LATAM Fidelidade et Multiplus sous le toit commun de LATAM Pass.

Ecrit par Ravindra Bhagwanani sur . Publié dans Archives

AA-QF

De son côté, American Airlines avait plus de succès dans son autre joint-venture avec Qantas. Depuis le feu vert obtenu au mois de juillet, les membres des deux programmes AAdvantage et Qantas Frequent Flyer gagnent plus de points (de prime et de statut) avec les partenaires respectifs. Même si Qantas n’a fait qu’aligner le niveau de points sur American Airlines pour ses propres vols (dans la limite des vols vers l’Australie et la Nouvelle Zélande ainsi que des vols intérieurs en Amérique du Nord), d’un autre côté, l’effort d’American Airlines semble plus important à première vue. En effet, les taux de cumul en classe d’affaires et en première classe sont désormais bien plus élevés que sur les autres partenaires. Mais après une comparaison plus poussée, on se rend compte que le programme de l’autre partenaire américain de Qantas, le Mileage Plan d’Alaska Airlines, reste l’option la plus lucrative dans la plupart des cas, sans pour autant avoir une relation privilégiée avec Qantas.

Ecrit par Ravindra Bhagwanani sur . Publié dans Archives

UAUnited changera complètement la qualification d’élite dans son MileagePlus, pour aller vers une base de recettes à partir de 2020. Les membres devront ainsi dépenser 5 000, 10 000, 15 000 et 24 000 USD par an avec United pour pouvoir se qualifier dans les différents niveaux d’élite. Ces niveaux sont abaissés d’env. 20% en empruntant au moins 12, 24, 36 ou 54 secteurs avec United. L’utilisation de la carte de crédit co-marquée de Chase peut apporter un maximum de 1 000 points sur ces seuils à condition de dépenser 24 000 USD par an, ce qui rend le produit bien moins attractif. Des vols sur les partenaires aériens qualifiants sont pris en compte en divisant le nombre des miles cumulés par 6 (ou par 5 pour les partenaires les plus proches de United tels que Lufthansa, ANA ou Air Canada). Comme auparavant, il faut cependant un minimum de quatre secteurs sur United dans tous les cas. Pour la majorité des clients, il faudrait donc s’attendre à ce que la qualification devienne légèrement plus difficile. L’une des nouveautés les plus intéressantes réside dans l’élimination des certificats de surclassements régionaux et globaux qui sont plutôt rigides pour les membres Platinum ou plus élevés comme partie de leurs avantages d’élite. Une nouvelle monnaie appelée PlusPoints a aussi vu le jour. Celle-ci peut être utilisée dans des échanges de tels surclassements sur United, mais d’une façon bien plus flexible. Par exemple, on peut maintenant combiner des surclassements régionaux afin de les utiliser plutôt comme surclassement global. Et peu importe la constellation dans laquelle vous vous situez, vous êtes au moins aussi bien placé avec le nouveau système qu’avec l’ancien.

Ecrit par Ravindra Bhagwanani sur . Publié dans Archives

BA

Les grèves sont aujourd’hui devenues un phénomène habituel pour de nombreuses compagnies aériennes européennes, à tel point qu’elles ne songeraient même pas à faire des efforts particuliers pour leurs grands voyageurs. Les choses sont différentes chez British Airways. En effet, une grève de deux jours a suffi pour faire naitre la proposition d’offres intéressantes pour tous les membres de l’Executive Club. Ainsi, des vols réservés avec British Airways jusqu’au 13 décembre, et complétés jusqu’au 30 juin 2020, qualifient pour un doublement de miles. Pour en bénéficier, une inscription est nécessaire, la seule autre restriction est que cette offre est limitée à 10 secteurs. Une seconde offre est également proposée mais il ne reste que quelques jours pour en profiter. Il s’agit d’un bonus de 50% qui sera attribué pour des réservations d’hôtel jusqu’au 18 octobre avec Marriott, Accor ou via les plateformes de réservation booking.com et Hotels.com. Les séjours peuvent avoir lieu à n’importe quel moment, à l’exception de ceux proposés par Accor qui doivent être complétés jusqu’au 31 décembre dans le cadre de cette offre.

Ecrit par Ravindra Bhagwanani sur . Publié dans Archives

QR-Kal

Tandis que le concurrent Rocketmiles propose régulièrement des promotions avec ses partenaires pour de nouveaux clients, les promotions de Kaligo sont normalement plus généreuses et valables pour tous les clients. Ainsi, on obtient actuellement un bonus de 20 000 miles dans le programme Privilege Club de Qatar Airways pour des réservations jusqu’au 30 novembre, et des séjours jusqu’au 30 juin 2020, si les dépenses cumulées atteignent au moins 2 000 USD (y compris à travers plusieurs réservations). On gagne ainsi 5 000 et 10 000 miles respectivement pour 500 et 1 000 USD. Si l’on ajoute ceci avec les cumuls réguliers de miles qui peuvent atteindre 25 000 miles ou plus pour des dépenses de 2 000 USD avec de nombreux hôtels, on peut ainsi obtenir assez facilement 45 000 miles ou plus. Même en n’appliquant qu’une valeur d’utilisation d’1 centime américain après les récentes dévaluations du programme Privilege Club, ceci correspond toujours à des économies d’environ 25%. On peut à peine atteindre ceci par d’autres moyens dans le secteur hôtelier, y compris avec des programmes hôteliers.